En hiver, les moutons pâturent aussi

Vous pensez peut être que l’écopâturage, ce n’est que pour le printemps et l’été, quand l’herbe semble ne plus vouloir s’arrêter de pousser?

Détrompez-vous, certains jardins se prêtent bien à l’écopâturage d’hiver!

A chaque projet, son écopâturage

En fonction de l’utilisation de votre jardin (aire de jeux pour les enfants, petit coin à barbecue, zone semi-sauvage qu’on laisse pousser…), la gestion de cet espace sera différente. Certaines zones seront tondue à ras, d’autres fauchées tardivement,…

On peut mettre des moutons une, deux, ou plusieurs fois sur l’année sur une même parcelle, pour maintenir une hauteur moyenne de la végétation, ou ralentir la pousse de ronces par exemple.

Si vous avez une zone que vous voulez laisser plus sauvage, le pâturage d’hiver peut être une chouette solution. Une fois sur l’année, cela suffit à garder une zone ouverte (sans arbres), mais en y laissant la faune et la flore s’épanouir.

Quels avantages à le faire en hiver?

Si le pâturage n’est choisi qu’une fois sur l’année, l’hiver peut être une bonne période. Cela permet à la végétation et aux petits animaux d’avoir pu faire leur cycle au complet et tranquilles (reproduction, croissance, …).

Bien sûr, certaines herbes auront déjà jauni en hiver, et ne seront pas consommées par les moutons. Ils piétineront une partie, mangeront le vert. Les herbes hautes et jaunes finiront par tomber et se décomposer d’elles-mêmes.

La zone sera alors presque sauvage, mais restera ouverte (c’est à dire herbacée, elle ne deviendra pas une forêt).

Autre avantage pour vous, cela coûte moins cher!

En effet, ayant moins de demande, je propose le pâturage d’hiver à 12 €/are de terrain au lieu de 20 €/are du printemps à l’automne.

C’est une solution que je propose aux propriétaires de grandes surfaces pour qui le pâturage de printemps peut coûter cher, et qui n’ont pas toujours beasoin de toute cette surface entretenue!

De quoi les moutons ont ils besoin en hiver?

Peut être êtes vous inquiets que les moutons soient dans votre jardin, à l’extérieur, dans le froid hivernal. Sachez qu’ils sont mieux taillés pour l’hiver que nous autres humains pauvres êtres quasi sans poils. Leur toison leur permet d’être à leur aise jusqu’à -8°. En dessous de cela, il commencent à se rendre compte qu’il fait un peu frisquet. La plupart du temps dans notre contrée donc, tout va bien pour eux.

Il faudra juste penser à casser la glace afin qu’ils puissent s’abreuver.

Si plusieurs jours de gel intense (quand il n’y a aucun dégel de la journée) se suivent, je les reprendrai à la maison, car ils auront besoin de foin. Les gels nocturnes suivis de dégel en journée ne posent pas de soucis.

Mes moutons sont rustiques et cette vie à l’air libre et frais de l’hiver leur convient bien.

Je garde les futures mères près de moi afin de veiller à ce qu’elles aient une alimentation assez riche et équilibrée pour le développement de leurs petits.

En conclusion, c’est bon pour la nature et pour votre portefeuille

Pas toujours besoin de travailler beaucoup pour faire un geste pour la biodiversité!

N’hésitez pas à suivre les aventures de mes moutons sur la page facebook de L’amour et la laie!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *